Tout

De MultiGram
Révision datée du 16 novembre 2020 à 10:13 par Annick Englebert (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Tout peut être adjectif, pronom, nom ou adverbe.

Adjectif

Tout adjectif indéfini, variable en genre et en nombre, peut s’employer seul ou en combinaison avec l’article défini, l’adjectif possessif et l’adjectif démonstratif.

Employé seul, tout véhicule une information d’exhaustivité qui débouche sur un effet générique :

Tout retard sera sanctionné. = ‘chaque cas de retard pris successivement du premier au dernier’
Toute médaille a son revers.

Pour obtenir un effet spécifique, il faut combiner tout à l’article défini, l’adjectif possessif et l’adjectif démonstratif ; dans ce cas, tout déclare l’ensemble défini comme étant maximal :

Le vent a soufflé toute la nuit.
À Jules, avec tout mon amour.
Tous les enfants se sont rués en même temps vers la cour de récréation.
Toute cette pluie ! ça ne s’arrêtera donc jamais ?

Pronom

Tout pronom indéfini, variable en genre et en nombre, désigne un ensemble d’êtres ou de choses dont tous les éléments sont pris exhaustivement :

J’ai tout déposé de guingois sur la table, si bien que tout est tombé sur le sol.
Hommes, femmes, enfants, tous ont applaudi.

Adverbe

Tout adverbe porte sur

  • un adjectif, un participe ou tout autre élément employé comme tel :
Le chien est revenu de sa promenade tout crotté.
Agathe s’est acheté un chemisier tout soie.
Il marchait tout en sifflotant.

Considérations orthographiques

La réforme orthographique de 1976 préconise l’accord de tout adverbe dans tous les cas où il précède l’adjectif auquel il se rapporte, mais cette recommandation n’est pas suivie par les usagers.

Dans les faits, on continue d’accorder l’adverbe tout lorsqu’il précède un adjectif dont l’initiale est consonantique :

Jules a repeint la clôture, il a les mains toutes vertes et les cheveux tous blancs.

et de ne pas l’accorder dans les autres cas :

Tu es tout essoufflée… tu as couru ?
→ La réforme voudrait qu’on ait toute essoufflée

Il y a pourtant beaucoup à gagner à appliquer la réforme de 1976.